Théodore Gouvy, "Entre France et Allemagne" : le 20 octobre à l'Arsenal

Publié le 20 Octobre 1993

- Festival départemental "Théodore Gouvy et son Temps" -

La programmation de l’Orchestre national de Lorraine, placé sous la direction de Jacques Mercier, vous ouvre les portes d'un concert joué dans trois lieux emblématiques : le dimanche 13 octobre à Hombourg-Haut, le jeudi 17 octobre à Saarbrücken et le dimanche 20 octobre à l'Arsenal de Metz. Ces rendez-vous bénéficient du soutien exceptionnel du Conseil général de la Moselle et de Moselle Arts Vivants dans le cadre de la saison départementale "Théodore Gouvy et son Temps".

Ce concert sera chanté par Valérie Condoluci (soprano), Aline Martin (mezzo-soprano), le Avi Klembergasse (ténor), Ugo Rabec (basse) et le Chœur Théodore Gouvy (chefs de chœur : David Reiland et Luc Denoux). Il fait place à une musique ancrée dans l’Histoire, avec un grand H. Celle de deux pays, la France et l’Allemagne, autour de deux compositeurs : Mendelssohn-Bartholdy et Théodore Gouvy.

Redécouvrir Gouvy aujourd’hui, c’est rendre hommage à l’acharnement d’un artiste persuadé de défendre le vrai "Beau" en musique, ce style académique qui n’est perverti ni par le goût de la mode, ni par la facilité des procédés extérieurs. Et ce dévouement à la cause musicale, Gouvy le vécut dans la plus parfaite discrétion, renonçant à la publication d’ouvrages magistraux et longuement mûris ou retouchant pour lui-même des pages symphoniques et lyriques qu’il n’avait guère d’espoir d’entendre un jour.
En pleine année Wagner, remettre Gouvy à l’honneur c’est aussi rappeler que, dans les années 1880, le wagnérisme ne fut pas le seul style "allemand" à envahir l’Europe : l’esprit de Mendelssohn et de Schumann n’eut pas que Brahms comme porte-parole. Gouvy était de ceux-là, animé d’une conviction et d’une honnêteté artistique qui transparaissent dans chacun de ses ouvrages.

Avec le Requiem de Théodore Gouvy, l’orchestre effectue un retour dans sa terre "patrie", la Lorraine. Assurément Gouvy fut lorrain de cœur, malgré ses origines mêlées qui firent de lui un "passeur" entre deux cultures. Cette double appartenance identitaire nuira certainement à l’attention que méritait ce compositeur. Sa très prolifique production aborde tous les genres ou presque, mais son chef-d’œuvre est sans conteste le Requiem, créé à Paris le 30 mars 1876 avec un énorme succès.

En ouverture, la Symphonie n°5 dite "Réformation" de Mendelssohn, composée dans l’ombre du maître Beethoven. Elle exprime toute la dualité créatrice de son compositeur, entre tradition musicale allemande abreuvée de choral luthérien et modernisme. Œuvre imparfaite pour celui qui l’a écrite, son orchestration n’en demeure pas moins belle, à la fois sombre et cuivrée. Il faudra cependant attendre la mort de Mendelssohn pour que cette dernière soit exécutée. C'était le 15 novembre 1932 à Berlin.

Le Requiem de Théodore Gouvy, œuvre envoûtante, a été enregistrée par l’ONL en juin 1994 (K617). Le disque a obtenu les plus belles distinctions : Choc du Monde de la Musique, 5 Diapasons, 9 de Répertoire et RTL d’or. En 2013, en voici une nouvelle interprétation...

Côté pratique :

* Dimanche 13 octobre 2013 à 17h à la Collégiale de Hombourg-Haut

Tarifs : Adultes : 20 € / Groupe : 18 €
Etudiants, scolaires et chômeurs : 10 €
Renseignements et billetterie : Office de Tourisme communautaire : 03 87 90 53 53

* Jeudi 17 octobre 2013 à 20h à la Congresshalle Saarbrücken

SR-Shop - Musikhaus Knopp (Sarrebruck), tél. : +49 681 9 880 880
SR-Shop – KLEIN Buch + Papier St. Wendel, tél. : +49 6851 93 94 0
Par téléphone : proticket - +49 231 917 22 90
Par e-mail : sr-shop@musikhaus-knopp.de
Tarifs : 30 €/22 €/10 € (Tarif réduit : 50%)

* Dimanche 20 octobre 2013 à 16h dans la Grande salle de l'Arsenal Metz

Tarifs de 7€ à 27€

Billetterie et Renseignements : 03 87 74 16 16

www.arsenal-metz.fr

Rédigé par Conseil Général de la Moselle

Publié dans #Musique classique, #Théodore Gouvy

Repost 0
Commenter cet article