À la découverte des fouilles archéologiques de Marsal (dès le 10/08)

Publié le 10 Août 1990

Le Musée départemental du Sel, site du Conseil Général de la Moselle, propose du mardi 10 août au vendredi 27 août 2010 des visites des fouilles archéologiques de Marsal.


La fouille archéologique de l’atelier de sauniers celtiques de "La Digue" à Marsal sera ouverte au public du Musée du Sel du mardi au dimanche, de 15 H à 18 H. Des visites, au cours desquelles les stagiaires du chantier-école de Marsal feront découvrir leur travail et leurs découvertes seront programmées à 15 H, 16 H et 17 H.

 

Le projet mené sur ce secteur doit permettre de déterminer l’impact de l’extraction intensive du sel par la méthode du briquetage sur les sociétés humaines du dernier millénaire avant notre ère, ainsi que sur leur environnement naturel. Source d’un produit essentiel, cause d’une surexploitation de l’environnement notamment pour la recherche de combustible, l’exploitation du sel coïncide avec l’expansion de sociétés très hiérarchisées qui préfigurent l’Etat. Ce programme de recherche est cofinancé par le Conseil Général de la Moselle.

Dans la haute vallée de la Seille sont conservés les vestiges d’une extraordinaire exploitation protohistorique du sel qui, par ses dimensions, est la plus importante du monde ancien. La masse des restes industriels, qui sont distribués sur plus de 10 kilomètres de longueur entre les villages de Marsal et de Salonnes, est estimée à un volume minimal de 3 millions de mètres cubes : il s’agit de débris de fourneaux et de moules à sel en terre cuite, dont les rejets forment de véritables îlots pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de diamètre sur des hauteurs dépassant encore 10 mètres.

Le “ Briquetage de la Seille ” est actuellement le seul complexe d’extraction du sel qui ait été poussé à un stade quasi industriel dans toute l’Europe préhistorique. Malgré l’importance extraordinaire de cette production et son rôle sans doute essentiel pour l’approvisionnement et l’économie des sociétés européennes des âges des Métaux, le “ Briquetage de la Seille ” reste très mal connu.


C’est au début du XVIIIème siècle, à l’occasion de la fortification de la place de Marsal décidée par le roi de France, qu’a été identifiée la gigantesque accumulation de briquetage sur laquelle l’agglomération entière est assise: ces amas de terre cuite ont été signalés alors pour la première fois sous le terme de “ briquetage de Marsal ”. Cette appellation a désigné par la suite ces vestiges d’extraction du sel au moyen de fourneaux en terre, dont on a découvert des restes analogues en Bretagne, dans les Iles britanniques, ainsi qu’en Belgique et en Allemagne. Durant la plus grande partie du XIXème siècle, les chercheurs se sont interrogés sur la destination de ces immenses amoncellements artificiels, qui servent d’assise aux villages établis dans la vallée de la Seille. Ce n'est qu'à partir du début du XXème siècle que la relation du “ Briquetage de la Seille ” avec l'exploitation du sel a été établie.

L’ampleur des vestiges de l’extraction ancienne du sel, qui s’est prolongée sur place jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, jointe à la conservation exceptionnelle des informations préservées dans un milieu unique, à la fois tourbeux et salé, font de la vallée de la Seille un laboratoire privilégié pour l’étude de ces questions.

Le Département des âges du Fer du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain a été sollicité en 2001 pour organiser une reprise des recherches sur le “ Briquetage de la Seille ” et en coordonner la reconnaissance archéologique globale.  Au delà de la présentation au public des témoins des ces origines, une des missions scientifiques essentielles du Musée des Antiquités nationales réside dans l’étude des sociétés humaines anciennes dans leur environnement naturel et culturel.

Côté pratique :
Du mardi 10 août au vendredi 27 août 2010
Du mardi au dimanche à 15 H, 16 H et 17 H.
Le rendez-vous est prévu au Musée départemental du sel. Départ des visites du chantier au musée du sel.
Pour tout public
Le billet d'entrée au musée permet l'accès aux fouilles (4 € plein tarif, 3 € tarif réduit, gratuit pour les moins de 16 ans)
Renseignement : 03 87 35 01 50

 

Archeo-008.JPG

Rédigé par Conseil Général de la Moselle

Publié dans #Archéologie - Parc européen de Bliesbruck-Reinheim

Repost 0
Commenter cet article