Ohtehra, voyagez en territoire Amérindien !

Publié le 10 Juin 2010

Le Conseil Général de la Moselle propose depuis le 1er avril 2010 aux Jardins Fruitiers de Laquenexy, en collaboration avec le jardin botanique de Montréal, "Ohtehra, Voyagez en territoire Amérindien !" "Ohtehra" signifie "Racines" en langue Huron-Wendat. Le site mosellan accueille un  jardin, hommage aux Premières Nations du Québec, pour la première fois en dehors de l’Amérique du Nord. À la fois contemporain et ancré dans l’histoire, il permet aux visiteurs de découvrir la richesse de la culture amérindienne. 

Ce jardin éphémère a pris place au coeur des Jardins Fruitiers et met en lumière de nombreuses facettes de la culture indienne. Il a été conçu par l’équipe du Jardin botanique de Montréal, et notamment par la division du jardin des Premières Nations qui est en relation avec les Nations indiennes.

L’objectif de ce jardin est de faire mieux connaître aux visiteurs des Jardins fruitiers de Laquenexy les Premières Nations vivant au Québec et le lien toujours très fort qu’elles entretiennent avec la nature. Le jardin devient un véhicule de la transmission de la culture amérindienne. Il évoque l’histoire de ces peuples qui traditionnellement cultivent, récoltent, chassent et pêchent, avec respect, cette nature qui nourrit et guérit tant le corps que l’âme. Car les animaux et les plantes ont leurs histoires et leurs enseignements. Ohtehra en présente quelques-uns chers au peuple iroquoien : la Tortue, les Trois Sœurs, le tabac et le tournesol.

Le jardin est aussi un lieu d’échanges. Historiquement, les nations plus sédentaires comme les Mohawks et les Hurons-Wendats qui pratiquaient l’horticulture, échangeaient le produit de leurs récoltes, grains de maïs, feuilles de tabac et autres, contre des peaux et des coquillages avec les peuples nomades des nations algonquiennes, souvent plus nordiques. La grande place centrale évoque ce lieu d’échanges passés mais se veut aussi un lieu d’échanges à venir pour les visiteurs et pour tous ceux et celles qui animeront ce jardin, notamment les artistes et artisans du Québec et de la France.

Ce jardin est aussi un lieu d’expression artistique. Puisant dans les traditions anciennes, des artistes et artisans abénaquis utilisent les savoirs et savoir-faire de leurs ancêtres pour créer des œuvres contemporaines qui expriment leur vision de leur culture. Les fibres et matériaux tant naturels que synthétiques s’imbriquent, se fondent, se superposent et se nouent dans douze pièces originales, d’inspiration céleste par leur évocation des douze lunes du calendrier amérindien qui en comporte treize.

La treizième lune est l’œuvre d’un artiste vannier français qui l'a créée au contact des artistes amérindiens.

 


Le Jardin Botanique de Montréal est l’un des plus prestigieux jardin botanique au Monde.


Ils ont dit ...


 

Gilles Vincent, directeur du Jardin Botanique de Montréal - "Lorsque nous cherchions un nom pour ce projet, nous voulions trouver un mot issu d’une des langues autochtones. En faisant des recherches, nous avons trouvé le mot « Ohtehra » qui signifie « racines » en Huron-Wendat. Ce mot s’adapte bien à notre projet puisque nous retrouvons phonétiquement le mot « terre » sans oublier les références aux racines des arbres et des plantes qui peuplent le jardin de Laquenexy et les terres amérindiennes, mais aussi les racines de l’homme dans son territoire. C’est une appellation très chargée de sens mais aussi un mot qui sonne bien… et qui intrigue… Le logo quant à lui est une tortue, qui représente tout simplement la « Terre-Mère » si chère aux Premières Nations."

Sylvie Paré, chef de projet du Jardin botanique et Indienne Huron-Wendat - "Nous voulons sensibiliser les Français  à l’histoire riche des Premières Nations.  C’est la première fois qu’un jardin est  réalisé en dehors du Canada, c’est un  projet  très  stimulant  pour  toute  notre équipe".



 



Rédigé par Conseil Général de la Moselle

Publié dans #Jardins Fruitiers de Laquenexy

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article